La Brèche

07 > 17.10.2020

Dans les années 1970, quatre adolescents scellent un pacte pour protéger le plus fragile d’entre eux. Ils se retrouvent quatorze ans plus tard : Acton est mort. Avec La Brèche de Naomi Wallace, Tommy Milliot explore les rouages d’une tragédie qui, tout en dressant le portrait d'une jeunesse sensible, dévoile les violences de l'Amérique moderne.

Tarifs

  • plein tarif 20 €
  • tarif réduit 15 €
  • tarif abonné 12 €
  • tarif adhérent 12 €
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Horaires

  • mer. 07 octo. 20h30
  • jeu. 08 octo. 20h30
  • ven. 09 octo. 20h30
  • sam. 10 octo. 20h30
  • mar. 13 octo. 20h30
  • mer. 14 octo. 20h30
  • jeu. 15 octo. 20h30
  • ven. 16 octo. 20h30
  • sam. 17 octo. 20h30
en voir plus

Infos pratiques

abonnement : spectacle de la liste
"je suis curieux"

durée indicative : 1h50

en voir plus

Abonnez-vous

  • tarifs les plus bas
  • pass 104 offert
  • invitations...
je m'abonne
Dans la presse

Tommy Milliot est décidément un metteur en scène passionnant. Il offre avec La Brèche une des plus belles surprises du Festival d’Avignon.

Fabienne Arvers, Les Inrocks

À propos
 


« Quelque part dans la banlieue d’une ville à moitié oubliée dans un possible Kentucky », en 1977, Hoke et Frayne, 16 ans, promettent de protéger Acton, le petit frère asthmatique et persécuté de l’intrépide Jude. Quatorze ans plus tard, ils se retrouvent dans ce même sous-sol où ils avaient scellé leur pacte : Acton est mort. Qu’est-ce qui a fait basculer leur destin ? Quel est l’envers de cet accord entre des enfants de la classe ouvrière et ceux des patrons de l’industrie pharmaceutique ? De flashbacks en ellipses, The McAlpine Spillway de Naomi Wallace esquisse, dans toute sa crudité, le portrait d’une Amérique moderne qui broie les corps, rongés par les inégalités sociales et la violence économique. Sur une scène délibérément dépouillée et mue par des jeux de lumière, les adolescents et leur devenir adulte se croisent, tissant au fil de leurs allées et venues l’épaisse tragédie du Rêve américain.

Distribution

texte : Naomi Wallace
traduction : Dominique Hollier
mise en scène et scénographie : Tommy Milliot
dramaturgie : Sarah Cillaire
lumières et régie générale : Sarah Marcotte
sons : Adrien Kanter
conception et construction décor : Jeff Garraud

assistant mise en scène : Matthieu Heydon
avec : Lena Garrel (Jude 77), Matthias Hejnar (Hoke 91), Pierre Hurel (Hoke 77), Dylan Maréchal (Acton), Aude Rouanet (Jude 91), Edouard Sibé (Frayne 77) et Alexandre Schorderet (Frayne 91)

Artistes
Milliot

Tommy Milliot

Artiste résident·e

Ce que perçoit d’emblée le metteur en scène Tommy Milliot face à un texte, ce sont ses potentialités spatiales, sa mise en corps, en son et en lumière. Cette attention particulière à la matérialité des mots le pousse à privilégier les écritures contemporaines et étrangères avec sa compagnie Man Haast, créée en 2014. Son adaptation de Lotissement de Frédéric Vossier (lauréat du prix Impatience 2016) se distingue par le travail tout en clair-obscur qui souligne les ambiguïtés d’un drame familial voyeuriste. L’année d’après, il crée Winterreise au festival Actoral de l’auteur norvégien Fredrik Br...

À découvrir également
Production, soutiens

Production : MAN HAAST
Coproductions : Festival d’Avignon, Pôle Arts de la Scène Friche La Belle de Mai (Marseille), CENTQUATRE-PARIS, Théâtre Joliette Scène conventionnée pour les expressions et écritures contemporaines (Marseille), Théâtre du Bois de l’Aune (Aix-en-Provence)
Avec le soutien de : Artcena, Drac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, Département des Bouches du Rhône, Ville de Marseille, Spedidam, Fondation FACE, Fonds d’Insertion pour jeunes artistes dramatiques
Avec l’aide de : Nanterre Amandiers Centre dramatique national, Théâtre Ouvert Centre national des dramaturgies contemporaines (Paris), Montévidéo Centre d’art (Marseille), La Fabrique (Ateliers décors) du Théâtre des 13 vents Centre dramatique national Montpellier
Avec la participation artistique de l’Ensatt
Texte traduit avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale.