• #installation

Œuvres en accès libre

tout au long de l'année

En visite au CENTQUATRE-PARIS ? Même en balade, vous passez à côté d'œuvres en accès libre disséminées dans le lieu, de l'entrée côté rue Curial jusqu'au fond des Écuries. Tadashi Kawamata, Pascale Marthine Tayou ou Anne-Flore Cabanis, leur œuvre prend place dans les espaces publics ouverts à la vue de toutes et tous. 

Tarifs

en accès libre

en voir plus

Infos pratiques

mardi > vendredi : 12h-19h
week-end : 11h-19h

en voir plus
Au programme

Tadashi Kawamata - Exchange Library (2009)

Espace : Cour de l'Horloge

L'œuvre de l’artiste japonais Tadashi Kawamata fonctionne comme une bibliothèque mobile sociale et participative sur un système d’échange ou de troc. Chacun et chacune peut consulter sur place les ouvrages présents, mais aussi échanger des ouvrages rapportés contre d’autres présents dans la bibliothèque.

Tadashi Kawamata - Exchange Library © Marc Domage
Tadashi Kawamata, représenté par la galerie Kamel Mennour, Paris

 

Pascale Marthine Tayou - Open Wall

Espace : Cour Curial

L’Open Wall est constitué d’enseignes lumineuses au néon et électroluminescentes (glanées sur Internet et dans différents pays), de câbles aux dimensions variables : "C’est un mur, mais avec des ouvertures", précise Pascale Marthine Tayou. Sur le mur de verre du CENTQUATRE-PARIS, l’œuvre apparaît comme une invitation ouverte à toutes et tous ! Autodidacte, ce plasticien camerounais s’intéresse au thème du voyage, pas seulement physique, mais surtout mental, vers l’autre, à la rencontre des différences, qui sont une source de richesse fondamentale de la croissance del’humanité.

Pascale Marthine Tayou - Open Wall © Alain Eludut
Pascale Marthine Tayou, représenté par la Galleria Continua, San Gimignano/Beijing/Les Moulins/Habana

 

Anne-Flore Cabanis - Échos (2021)

Espace : 104corners

Cette œuvre au sol, aux murs et en volume, se composent de dessins in situ à l'adhésif coloré et de prolongation des lignes en deux modules de rubans colorés suspendus. C'est une résonance graphique de la circulation des publics dans l’espace. Les interventions in situ d’Anne-Flore Cabanis jouent avec l’architecture. En rompant un silence visuel, elles révèlent la présence de mouvements invisibles choisis. L’artiste crée des apparitions et disparitions de lignes et de couleurs qui ouvrent une lecture, donnent une direction, proposent un moment de réflexion sur la circulation des corps, du regard ou de la pensée.

Echos Photographe Quentin Chevrier 19

 

RERO - ENTRE-SOI  (2021)

Espace : Nef

Sur le mur de la Nef du CENTQUATRE-PARIS, l'artiste écrit "entre-soi" en employant à nouveau un lettrage en noir et blanc et une police Verdana, récurrente dans son travail de "tatouage des bâtiments", comme il le décrit. Habitué des interventions dans l‘espace public, RERO se saisit d'un paradoxe au moyen des mots pour délivrer un message et dépeindre des circonstances contradictoires de notre époque, signifiées par une ligne qui traverse son écriture. RERO cherche à provoquer une réflexion et faire part d'une réalité critique.

ENTRE SOI - Rero - Septembre 2021
© Photo : Quentin Chevrier

 

Michelangelo Pistoletto - Le Labyrinthe (1969-2010)

Espace : Écuries [œuvre présente en absence de programmation]

L’artiste italien Michelangelo Pistoletto - notamment connu pour son appartenance, dans les années 1960, au mouvement Arte Povera - conçoit le Labyrinthe comme "une route sinueuse et imprévisible qui nous amène jusqu’à un espace de révélation, de connaissance". Composé de carton ondulé de différentes longueurs, le labyrinthe est un espace de déplacement, de confusion et de peur. Le miroir, situé à son extrémité, devient la "réflexion de la méditation, qui oscille entre la peur et la sécurité, l’égarement et l’adéquation avec soi-même, le doute et la certitude, une ruelle sombre et une route éclairée". Un filtre contre la banalité de l’existence dans lequel on voit notre image "purifiée de toute difformité qui aurait pu se loger en notre âme". Lui seul permet de trouver la sortie du labyrinthe…

Labyrinthe Bertrand Huet
Michelangelo Pistoletto, représenté par la Galleria Continua, San Gimignano/Beijing/Les Moulins/Habana