• #arts visuels

Œuvres en accès libre

tout au long de l'année

En visite au CENTQUATRE-PARIS ? Même en balade, vous passez à côté d'œuvres en accès libre disséminées dans le lieu, de l'entrée côté rue Curial jusqu'au fond des Écuries. Tadashi Kawamata, Pascale Marthine Tayou ou Anne-Flore Cabanis, leur œuvre prend place dans les espaces publics ouverts à la vue de toutes et tous. 

Tarifs

en accès libre

en voir plus

Infos pratiques

mardi > vendredi : 12h-19h
week-end : 11h-19h

en voir plus
Au programme

Tadashi Kawamata - Exchange Library (2009)

Espace : Cour de l'Horloge

L'œuvre de l’artiste japonais Tadashi Kawamata fonctionne comme une bibliothèque mobile sociale et participative sur un système d’échange ou de troc. Chacun et chacune peut consulter sur place les ouvrages présents, mais aussi échanger des ouvrages rapportés contre d’autres présents dans la bibliothèque.

Tadashi Kawamata - Exchange Library © Marc Domage
Tadashi Kawamata, représenté par la galerie Kamel Mennour, Paris

 

Pascale Marthine Tayou - Open Wall

Espace : Cour Curial

L’Open Wall est constitué d’enseignes lumineuses au néon et électroluminescentes (glanées sur Internet et dans différents pays), de câbles aux dimensions variables : "C’est un mur, mais avec des ouvertures", précise Pascale Marthine Tayou. Sur le mur de verre du CENTQUATRE-PARIS, l’œuvre apparaît comme une invitation ouverte à toutes et tous ! Autodidacte, ce plasticien camerounais s’intéresse au thème du voyage, pas seulement physique, mais surtout mental, vers l’autre, à la rencontre des différences, qui sont une source de richesse fondamentale de la croissance del’humanité.

Pascale Marthine Tayou - Open Wall © Alain Eludut
Pascale Marthine Tayou, représenté par la Galleria Continua, San Gimignano/Beijing/Les Moulins/Habana

 

Anne-Flore Cabanis - Échos

Espace : 104corners

Cette œuvre au sol, aux murs et en volume, se composent de dessins in situ à l'adhésif coloré et de prolongation des lignes en deux modules de rubans colorés suspendus. C'est une résonance graphique de la circulation des publics dans l’espace. Les interventions in situ d’Anne-Flore Cabanis jouent avec l’architecture. En rompant un silence visuel, elles révèlent la présence de mouvements invisibles choisis. L’artiste crée des apparitions et disparitions de lignes et de couleurs qui ouvrent une lecture, donnent une direction, proposent un moment de réflexion sur la circulation des corps, du regard ou de la pensée.

Echos Photographe Quentin Chevrier 19