(Révéler l’invisible par les arts numériques, les sciences et les technologies)

Direction artistique : Gilles Alvarez et José-Manuel Gonçalvès

09.10.2021 > 02.01.2022

dans le cadre de la Biennale Némo

L’exposition principale de Némo teste la capacité des arts et des technologies à révéler ce qui nous est invisible, imperceptible ou indicible. Les artistes font œuvre de phénomènes naturels, sociétaux et écologiques, pour la production de nouvelles cartographies du "réel" et la matérialisation de l’imperceptible. Se réinventent alors de nouvelles formes esthétiques hybrides qui tendent l’oreille au bas bruit, aux signaux faibles et qui s’aventurent en zones critiques. Une exposition entre le scientifiquement avéré et X-Files, Einstein et Edgar A. Poe…

Tarifs

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Infos pratiques

du mercredi au dimanche
de 14h à 19h

en voir plus

Abonnez-vous

  • tarifs les plus bas
  • pass 104 offert
  • invitations...
je m'abonne
À propos

Après avoir questionné une plausible autonomie des machines, les ressorts du hasard dans la création numérique et l’éventuel remplacement de l’humanité par des espèces technologiques, la Biennale Némo teste la capacité des arts et des technologies à révéler ce qui nous est invisible, qu’il s’agisse de phénomènes naturels, artistiques, politiques ou sociaux. Nombre d’artistes contemporains font œuvre de phénomènes astrophysiques, magnétiques, chimiques, nucléaires mais aussi sociétaux, économiques et sociologiques, pour la matérialisation de l’imperceptible et la production de nouvelles cartographies du « réel ». Se réinvente alors un art hybride qui tend l’oreille au bas bruit, aux signaux faibles et qui s’aventure en zones critiques. Au creux du monde réel jaillissent alors de nouvelles formes esthétiques et une autre perception du monde qui nous entoure. Que nous révèlent les sciences et les technologies quand elles s’augmentent des imaginaires artistiques ? À "adapter nos yeux à ce qu’ils ne peuvent pas voir", selon la formule de l’astrophysicien Michel Cassé.