• #musique

Music for Percussion 2 (Ryoji Ikeda) / Regreb

30.06.2021

Après plusieurs heureux passages par la case CENTQUATRE depuis 2008, la caravane de Sonic Protest 2021 propose deux étapes épatantes en Atelier 4. Le festival itinérant dédié aux aventures musicales qui se rient des catégories en profite pour montrer le travail ciselé et précieux d’artistes hors-pair. Tous les détails sur le 17e édition du festival Sonic Protest via www.sonicprotest.com.

réservez

Tarifs

15 € (+ frais en prévente)
18 € sur place

en voir plus

Infos pratiques

en voir plus
À propos

MUSIC FOR PERCUSSION 2 (RYOJI IKEDA)
Maître incontesté de l’art numérique, Ryoji Ikeda l’est aussi en matière de contre-point. De bits à beats, de l'algorithme à la pulse décomposée, il s’en fallait de peu pour que ce grand ordonnateur se penche sur l’organisation de pièces combinatoires.

Avec cet ensemble de miniatures performatives, Ryoji Ikeda prend le chemin de la musique d’objets. Cinq pièces interprétées par trois performers exceptionnels (Alexandre Babel, Stéphane Garin, Amélie Grould) usant d’un instrumentarium peu ordinaire : six métronomes, des télégraphes électriques, des billes, des balles de basket et de ping-pong, du papier, des crayons et des règles, ainsi que des livres aux pages vierges spécialement conçus pour l’occasion. Entre mécanismes d’horlogerie rythmique et processus inéluctables, ces préludes et fugues du XXIe siècle prolongent le geste d’épure sonore et visuel initié par l’artiste au milieu des années 1990.

Ryoji Ikeda, TELEGRAPH MUSIC [for duo] (2012-2020)
Ryoji Ikeda, METRONOME MUSIC [for trio] (2020)
Ryoji Ikeda, BOOK MUSIC [for trio] (2020)
Ryoji Ikeda, BALL MUSIC [for trio] (2020)
Ryoji Ikeda, RULER MUSIC [for trio] (2020)

Commandées par Musica, le Grame et la Muse en Circuit, ces pièces ont été créées à Musica en septembre 2020 et seront jouées, le 30 juin, pour la première fois à Paris !


REGREB [2 cymbals]
Regreb (1/3 Sun Plexus, 1/3 Ich Bin, ⅓ Le câble de feu ‎- Firewire et 1/3 Suboko) affectionne tout particulièrement les résonances, tendance extrêmes. En solo, il joue d’un dispositif aussi symétrique que dépouillé : 2 cymbales et 2 micro-contacts. Tout est ensuite affaire d’oscillation et de transmission : la vibration des deux disques métalliques passe, via les micros et le système d’amplification aux haut-parleurs pour mettre tout l’espace dans le même mouvement… à une toute autre échelle ! En d’autres mots… Gloire à Zidjian !