PAS ESSENTIEL

Le CENTQUATRE-PARIS et tous les lieux culturels sont fermés depuis fin octobre et jusqu'à nouvel ordre

Tout au long de I’étrange période que nous traversons, les équipes du CENTQUATRE et les artistes n’ont jamais cessé de travailler pour permettre à la création de continuer d’exister et aux publics de la rencontrer. En raison des dispositions gouvernementales, les spectacles, concerts et expositions ne sont pas accessibles aux publics. Cependant, nous avons fait le choix de maintenir une partie de la programmation sous forme de présentations professionnelles, afin de préserver l’existence des œuvres et leurs possibles pérennités et l'économie des artistes, dans le plus strict respect des conditions sanitaires.

C’est dans ce contexte que l’artiste Rero a souhaité investir la facade du CENTQUATRE afin d'y apposer un lettrage en noir et blanc sur lequel on peut lire "PAS ESSENTIEL". La police Verdana, récurrente dans son travail, est la plus utilisée sur le web et s'impose ici comme langage universel. À travers un jeu d'obstruction des fenêtres qui vient créer une véritable frontiére physique, Rero joue entre l'intérieur et l’extérieur et cherche ainsi à cacher ce que l'on nous empêche d'expérimenter de manière collective et sensible : l'art et la culture.

À propos

Habitué des interventions dans I'espace public, qu'il s'agisse de paysages urbains ou naturels, Rero se saisit d'un paradoxe au moyen des mots pour délivrer un message explicite et dépeindre des circonstances contradictoires de notre époque, signifiées par une ligne qui traverse son écriture.

Rero nous plonge dans son univers singulier pour provoquer chez nous une réflexion et faire part d'une réalité critique. Comme un acte de résistance et un cri d'alerte, ces deux mots insistent sur la fonction vitale de l'art et la place essentielle des artistes mais s'impose également comme une belle occasion de redéfinir notre vision sur le monde et insister sur le caractére essentiel de I’art.