TURNING_motion sickness version / Winterbranch

Ballet de l’Opéra de Lyon

18 > 21.12.2019

dans le cadre du Portrait Merce Cunningham présenté par le Festival d’Automne à Paris
avec le Théâtre de la Ville

Explorant avec éclat le répertoire de la danse contemporaine, le Ballet de l’Opéra de Lyon montre ici toute l’ampleur de son art en deux temps : tout d’abord avec Winterbranch (1964), rareté de Merce Cunningham suspendue entre chute et redressement, puis avec TURNING _ motion sickness version (2016), vibrante et tournoyante pièce d’Alessandro Sciarroni.

Tarifs

  • plein tarif 31 €
  • tarif réduit 28 €
  • tarif adhérent 24 €
  • tarif abonné 24 €
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Infos pratiques

durée indicative : 1h10 avec entracte

en voir plus
Dans la presse

Alessandro Sciarroni a poussé jusqu'à notre limite de perception le tournoiement d'une quinzaine d'interprètes lancés comme des toupies sur scène. Ces filles et ces garçons ont-ils évoqué une humanité tournoyant en vain en quête d'une spiritualité manquante ? Ou le désir d'un nouveau territoire à découvrir au fil d'une exploration désespérée de l'espace ?

Emmanuelle Bouchez, Télérama

À propos

Depuis plusieurs années, Alessandro Sciarroni développe TURNING, un cycle créatif au long cours axé sur les migrations et leur impact en Europe et au Canada. Le projet peut prendre diverses formes, chacune s’adaptant à l’espace qui l’accueille et aux individus qui la composent. Conçue spécialement pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, la variante TURNING _ motion sickness version mobilise onze danseurs, emportés durant près de 40 minutes dans un tournoiement intense aux profondes résonances.

Créée en 1964 et rarement vue en France, Winterbranch de Merce Cunningham met en jeu deux motifs constitutifs de la danse : la chute et le redressement. Dans un décor en semi-pénombre de Robert Rauschenberg, qui évoque une route de nuit, et sur une musique de La Monte Young aussi stridente que lancinante, six interprètes se déploient entre horizontalité et verticalité, apparition et disparition, composant une magistrale constellation de mouvements en constante mutation.

Distribution

TURNING_motion sickness version
chorégraphie
: Alessandro Sciarroni
musique : Yes Soeur! (Alexandre Bouvier et Grégoire Simon)
avec : onze danseurs et danseuses du Ballet de l’Opéra de Lyon
lumières : Sébastien Lefèvre
costumes : Ettore Lombardi
danseurs (pour le 18 et 20/12) : Jacqueline Bâby, Katrien De Bakker, Yan Leiva, Coralie Levieux, Ricardo Macedo, Marco Merenda, Albert Nikolli, Chiara Paperini, Raúl Serrano Núňez
danseurs (pour le 19 et 21/12) : Jacqueline Bâby, Katrien De Bakker, Adrien Delépine, Coralie Levieux, Yan Leiva, Giacomo Luci, Ricardo Macedo, Albert Nikolli, Chiara Paperini

Winterbranch
chorégraphie :
Merce Cunningham
musique
: La Monte Young
avec trois danseurs et trois danseuses du Ballet de l’Opéra de Lyon
lumières : Beverly Emmons, d’après les lumières originales de Robert Rauschenberg
décors et costumes : Robert Rauschenberg
danseurs : Jacqueline Bâby, Edi Blloshmi, Marco Merenda, Chiara Paperini, Raúl Serrano Núňez, Merel Van Heeswijk

Production, soutiens

Production : Opéra national de Lyon
Coréalisation :  Le CENTQUATRE-PARIS ; Théâtre de la Ville-Paris ; Festival d’Automne à Paris pour les représentations au CENTQUATRE-PARIS / Avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings. En partenariat avec France Inter et ARTE.