Petite éclipse entre amis

avec Maissiat, Katel, Adrien Soleiman et La Maison Tellier (duo)

08.12.2016

Créateur d’un univers décalé et chatoyant, entre rock et chanson française, Arman Méliès fait halte au CENTQUATRE-PARIS dans le cadre de la tournée accompagnant Vertigone, son superbe nouvel album sorti à la fin de 2015. Musicien-(en)chanteur à la voix profonde, Arman Méliès s’adonne ici sans modération à l’ivresse électrique d’un rock toutes guitares en avant, d’autant plus flamboyant qu’il s’accompagne de paroles d’une poésie ardente. Brûlant de bout en bout, Vertigone promet un bel embrasement scénique.

Tarifs

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Infos pratiques

public : assis/debout

en voir plus
Dans la presse

Arman Méliès déploie une écriture noire et sensible, un intérêt pour les textures sophistiquées et une vision du monde qui ne manque ni de puissance, ni de nuance.

Maxime Delcourt, Les Inrocks

À propos

Sous influence du rock autant que de la chanson française, Arman Méliès pratique une musique fièrement apatride et foncièrement intrépide, toujours tendue vers un ailleurs. Chez lui, sens de l’immédiateté et goût de la sophistication se mêlent avec bonheur dans des chansons dont l’éclat mélodique, rehaussé par des arrangements finement ouvragés, n’a d’égal que le relief poétique. A l’automne 2015, il a fait paraître son cinquième album, Vertigone, qui rompt avec la rigueur synthétique du précédent (AM IV, 2013) pour s’adonner sans modération à l’ivresse électrique d’un rock toutes guitares en avant. Les deux flamboyantes chansons placées au début et à la fin de l’album (Constamment je brûle et Le Volcan, même) le suggèrent de splendide manière : c’est un feu qui, tout du long, se propage ici, et qui laisse présager d’un bel embrasement scénique.

Artistes

Après avoir fait ses armes au sein de plusieurs groupes (en particulier eNola), Arman Méliès a entamé au début des années 2000 une trajectoire solo qui, depuis son premier mini-album (Le Long Train lent et les beaux imbéciles, 2003), va crescendo. Se référant au cinéaste-magicien Georges Méliès ainsi qu’à l’iconoclaste plasticien Arman, son nom de scène lui sied à merveille, reflet parfait de l’univers décalé et chatoyant de ce musicien-(en)chanteur à la voix profonde.

/ mise à jour : mai 2016

 

À découvrir également
Production, soutiens

production : Zouave; le CENTQUATRE-PARIS.