Place

Spectacle lauréat du Prix du Jury et du Prix des Lycéens du Festival Impatience 2018

23 > 28.11.2019

Comment trouver sa place lorsque l’on n’est ni vraiment d’ici, ni tout à fait de là-bas, scindée entre deux identités et écartelée entre deux langues ? De cette question autobiographique, Tamara Al Saadi tire une pièce aussi juste qu’émouvante sur la quête d’identité et la confrontation au racisme ordinaire. 

Complet

Tarifs

  • plein tarif 15 €
  • tarif réduit 12 €
  • tarif adhérent 10 €
  • tarif abonné 10 €
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Horaires

  • sam. 23 nove. 20h Complet
  • dim. 24 nove. 17h Complet
  • mar. 26 nove. 20h Complet
  • mer. 27 nove. 20h Complet
  • jeu. 28 nove. 20h Complet
en voir plus

Infos pratiques

abonnement : spectacle de la liste
A+ "je suis curieux"

durée indicative : 1h35

en voir plus

Abonnez-vous

  • priorité de réservation
  • tarifs les plus bas
  • pass 104 offert, invitations...
je m'abonne
Dans la presse

Tamara Al Saadi a su incarner avec tendresse les regrets, remords et désirs que porte toute tentative d’intégration à une autre culture que la sienne. (...) Simple, clair, lumineux, monté avec une pauvreté et une radicalité de moyens assumées, joué avec liberté, Place empoigne l’aujourd’hui de nombre de réfugiés, nous y intègre avec pudeur, sans esbroufe. La plus forte émotion d’un festival 2018 (ndlr festival Impatience) d’une grande diversité de formes, d’ambitions, de regards.

Fabienne Pascaud, Télérama

À propos

Yasmine sort du métro et se rend compte qu’elle n’arrive plus à déchiffrer les lettres qui l’entourent. Ça lui prend comme ça, sans explications. Aidée d’un enfant aux allures de psychanalyste, elle entreprend alors un voyage dans le passé : pour pouvoir lire à nouveau, il lui faudra d’abord se réapproprier son passé. Cette vie tendue sur un pont infranchissable entre l’Irak et la France, elle la vie comme une schizophrénie douloureuse. Alors sur scène, Yasmine sera double : un moi irakien et un moi français qu’il s’agira de réconcilier. Cette histoire s’écrit en fragments, et progresse d’anecdotes en symboles dans une scénographie épurée à l’extrême, une scène habillée de jeux de lumières et peuplées de chaises qui symbolisent aussi le manque et l’absence. Avec tendresse et ce qu’il faut de rage, cette autobiographie scénique tend vers quelque chose de plus universel, une quête d’identité dans les rouages de l’assimilation.

Distribution

texte et mise en scène : Tamara Al Saadi
avec : Mayya Sanbar, Marie Tirmont, Yasmine Nadifi, Françoise Thuriès, Ismaël Tifouche, David Chausse, Roland Timsit…
collaboration artistique : Justine Bachelet et Kristina Chaumont
scénographie : Alix Boillot

chorégraphie : Sonia Al Khadir
lumière : Nicolas Marie
musique : Fabio Meschini
costumes : Pétronille Salomé

Artistes

Entre le théâtre et les sciences humaines, Tamara Al Saadi a refusé de choisir. Elle se forme à l’École du jeu avant d’intégrer le master d’expérimentations en Arts et politiques (SPEAP) de Science Po Paris puis l’ensemble artistique de la Comédie de Saint-Etienne. Comédienne et metteure en scène elle est aussi l’auteure de : Chrysalide et Place qui a remporté le Prix du Jury et le Prix des Lycéens au festival Impatience en 2018. Aux côtés de Mayya Sanbar, elle travaille pour la Compagnie La Base et anime des ateliers théâtraux sur la question de l’identité dans plusieurs établissements scolai...

Production, soutiens

Production : Compagnie La Base - Coproduction : La Comédie de Saint-Etienne, centre dramatique national - Soutiens : Le Théâtre de la Bastille, Théâtre de Chelles, Espace Culturel André Malraux, La Loge.