Du désir d'horizons

12 > 14.04.2018

avec le Théâtre de la Ville-Paris, dans le cadre de SÉQUENCE DANSE PARIS

Nouvelle création du chorégraphe burkinabé Salia Sanou, qui s’appuie sur des ateliers de danse menés dans des camps de réfugiés africains, Du désir d’horizons part du réel – un réel ô combien tragique – pour tendre vers l’universel et nous invite à une interrogation en profondeur sur l’exil, à travers une ample composition faite de mouvements et de mots, portée sur scène par huit interprètes.

Tarifs

  • tarif plein 25 €
  • tarif réduit 18 €
  • tarif abonné 104 15 €
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Infos pratiques

durée : 1h05

en voir plus
Dans la presse

La danse est magnifique, sinueuse, forte, profondément originale avec son vocabulaire qui mêle brillamment à la danse contemporaine des accents venus d’ailleurs, que ce soit d’Afrique ou de la vie quotidienne.

Agnès Izrine, Danser Canal Historique - juillet 2016

À propos

Avec Du désir d’horizons, Salia Sanou se saisit de l’un des sujets les plus symptomatiques et sensibles de notre temps : les réfugiés. L’envie d’évoquer ces nouveaux damnés de la Terre lui est venue suite aux sessions de travail qu’il a pu effectuer dans des camps de réfugiés, en particulier le camp de Sag-Nioniogo, l’un des trois camps du Burkina Faso qui accueillent des Maliens ayant fui la guerre dans leur pays. Menant des ateliers dans ce camp depuis l’automne 2014, avec le concours de danseurs, comédiens, musiciens et d’un cameraman-photographe, Salia Sanou a ressenti le besoin de témoigner de cette expérience - pour le moins marquante.

Si elle s’inscrit en profondeur dans le réel, la pièce ne creuse pourtant pas un sillon strictement documentaire mais - comme le titre le suggère bien - tend vers un ailleurs, plus intime et poétique, en donnant à entendre des extraits de Limbes/Limbo - Un hommage à Samuel Beckett, texte de Nancy Huston qui fait lui-même écho à Cap au pire, de Beckett. À travers une ample composition faite de mouvements et de mots, portée sur scène par huit interprètes (quatre hommes et quatre femmes), Du désir d’horizons nous amène, de manière vive et distanciée, à partager tout ce que peuvent traverser les réfugiés, du drame de la fuite à l’espoir d’un nouveau départ. Au fil de cette traversée, « il s’agit d’interroger la dimension de l’exil intérieur que chacun porte en soi, comme une parcelle inaltérable de force, de lutte, de désir ».

Distribution

chorégaphie : Salia Sanou
interprètes : Valentine Carette, Ousséni Dabaré, Catherine Denecy, Jérôme Kaboré, Elithia Rabenjamina, Mickael Nana, Marius Sawadogo, Asha Imani Thomas
texte : Nancy Huston extraits de Limbes/Limbo - Un hommage à Samuel Beckett, publié aux Éditions Actes Sud (2000)

scénographie :  Mathieu Lorry Dupuy
création lumière : Marie-Christine Soma
création musicale : Amine Bouhafa
régie générale : Rémy Combret
régie lumière : Diane Guérin

Médias
  • Desir Horizons Diapo4 © Laurent PHILIPPE
  • Desir Horizons Diapo3 © Laurent PHILIPPE
  • Desir Horizons Diapo2 © Laurent PHILIPPE
  • Desir Horizons Diapo © Laurent PHILIPPE
Artistes

Né en 1969 à Léguéma, au Burkina Faso, Salia Sanou s’est d’abord formé à l’art dramatique avant de bifurquer vers la danse africaine au début des années 1990. En 1993, il devient danseur au sein de la compagnie de Mathilde Monnier. Commençant en parallèle à travailler comme chorégraphe, il crée en 1995 la compagnie Salia nï Seydou avec son compatriote et ami Seydou Boro. En 2006, ils fondent ensemble le Centre de développement chorégraphique La Termitière, à Ouagadougou. En 2010, leurs routes s’éloignent en partie et Salia Sanou lance sa propre compagnie, Mouvements perpétuels. Du dés...

Production, soutiens

production : Compagnie Mouvements perpétuels / coproduction : Théâtre National de Chaillot ; African Artists for Development ; Bonlieu – Scène nationale d’Annecy  ; La Bâtie Festival de Genève, dans le cadre du programme Interreg France – Suisse 2014-2020 ; Tilder ; La Filature - Scène nationale de Mulhouse ; Viadanse Centre chorégraphique national de Franche-Comté à Belfort ; Centre de développement chorégraphique de Toulouse Midi-Pyrénées / soutien de : Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Occitanie ; Région Occitanie ; ADAMI / en partenariat avec : CDC La Termitière ; Ouagadougou / remerciements : Patricia Carette, Gervanne et Mathias Leridon, Jean- Michel Champault, Didier Deschamps, Emmanuel Colbert