Les femmes de Barbe Bleue

mise en scène : Lisa Guez / texte : écriture collective

14 > 15.12.2019

  • au Jeune Théâtre National

dans le cadre du Festival Impatience

Et si Barbe Bleue, ce seigneur qui tue ses épouses et collectionne leurs cadavres, n’était pas une figure de conte mais un syndrome ? Ce mal qui se cache en chaque femme et la dévore à coups d’impératifs. Voici le point de départ de Juste avant la compagnie.

Tarifs

  • tarif adhérent 6 €
  • tarif réduit 6 €
  • tarif abonné 6 €
  • plein tarif 12 €
  • pass impatience pro
  • pass impatience réduit
  • pass impatience
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Horaires

  • sam. 14 déce. 16h30 Complet
  • sam. 14 déce. 21h Complet
  • dim. 15 déce. 14h Presque complet
  • dim. 15 déce. 18h Complet
en voir plus

Infos pratiques

durée indicative : 1h30

en voir plus

Abonnez-vous

  • priorité de réservation
  • tarifs les plus bas
  • pass 104 offert, invitations...
je m'abonne
À propos

« En France, le nombre des féminicides ne fléchit pas » titrait cette année Le Monde à l’occasion de la « Journée de la femme » : une bonne raison d’actualiser la figure assassine de Barbe Bleue. Mais ce n’est pas sous cet angle-là que la metteure en scène Lisa Guez et la dramaturge Valentine Krasnochok se sont emparées du conte de Perrault. Barbe Bleue, c’est avant tout, pour elles, la somme des injonctions que les femmes intériorisent en silence. « Derrière toute porte qu’on a peur d’ouvrir, toute question qu’on refuse de se poser, toute liberté à laquelle on accepte de renoncer, il y a un désir mort, une femme mise à mort par le prédateur en nous : La Barbe Bleue ». Pour écrire Les femmes de Barbe Bleue, elles sont parties de leurs expériences intimes et de celles de leurs cinq comédiennes. Sur une scène plongée dans des teintes bleutées et crépusculaires, le chuintement de l’une des actrices cogne contre les phrases incisives de l’autre, lesquelles rebondissent sur les jeux de mots d’une troisième. La figure masculine prédatrice est évacuée au profit des singularités et des obscurités de chacune. Le monstre se cache en chacune de nous.

Distribution

mise en scène : Lisa Guez
assistanat à la mise en scène : Valentine Krasnochok
création lumières : Lila Meynard et Sarah Doukhan

avec : Valentine Bellone, Anne Knosp, Valentine Krasnochok, Nelly Latour, Jordane Soudre

Production, soutiens

production : Juste avant la compagnie