Évènements spectaculaires

Par les étudiants de Scénographie de l'École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris

25 > 27.05.2018

Expérimentation d’un processus personnel de création dans ce site urbain, l’élève réalise un événement spectaculaire, depuis l’élaboration du projet jusqu’à sa réalisation à l’échelle 1... Les projets réalisés, par les problèmes esthétiques qu’ils posent, par la nature des lieux investis et par les techniques de mise en oeuvre, ouvrent à une vaste exploration de la création et aux moyens contemporains d’expression.

Tarifs

  • en accès libre
en voir plus

Horaires

  • dim. 27 mai 12h - 18h
en voir plus

Infos pratiques

en voir plus
Au programme

 

  • Juliette Baigné : "Mécanique céleste"
    D’un cosmos en chaos émerge peu à peu un système planétaire.
    La danse du satellite exécute la musique des sphères.
    Les corps célestes filent le long de leurs trajectoires en ellipse.
     
  • Dimitry Benauw : "Les solariens"
    Des personnages dépressifs viennent noyer leur chagrin dans la lumière bleue de cabines UV.
    Plutôt que de rester isolés, ils décident de construire un espace de bronzage collectif, dans lequel ils pourront tous se retrouver et pallier leur solitude.
     
  • Mathilde Bennett : "La Baie"
    Greffée sur une barrière du «Jardin», un abri.
    Une tanière semi-ensevelie d’herbe.
    Propulsé au Centquatre depuis un autre monde inspiré de la baie de Sallenelles en Normandie, ce morceau de nature y aurait été mystérieusement englouti par le sol, avant d’atterrir ici au cœur de Paris.
     
  • Garance Blachier : "Au fond"
    Un chercheur met à jour et étudie les ruines d'une cité engloutie dans les fondations du Centquatre.
     
  • Luna Duchaufour-Lawrance : "Constructible"
    Trois structures anguleuses, énigmatiques et blanches, sont posées au milieu du Centquatre.
    Une centaine de sphères de plâtre, globuleuses et fragiles, jonchent le sol tout autour.
    Des personnages tentent d’établir un état des choses…
     
  • Emilie Gauvin : "Générateur de dérives"
    Une longue-vue panoramique nous immerge dans une exploration urbaine virtuelle, soumise au désir de chacun.
    De son pied naît petit à petit le tracé rouge des rues parcourues, dont la géométrie raconte l’identité des villes traversées par la dérive.
     
  • Hortense Gesquière : "L’Autre"
    Une boîte énigmatique dans laquelle est contenue une « géante », aux actions variées mais indéchiffrables.
  • Sofia Kisteneva : "Dual"
    Un événement spectaculaire réunit la musique, la danse et la rencontre spontanée des spectateurs.
    Les participants sont invités à explorer l'espace, le mouvement, le son, à parler avec ou sans mots, ou à méditer.
  • Éloïse Molinié : "Je suis là"
    Proposer au spectateur d’entrer dans un espace mental étranger.
    Le public est invité à s’immerger dans une pièce sonore, faite de bribes d’histoires, de morceaux de souvenirs, d’intimité dispersés dans l’espace.
     
  • Mathilde Rouch : "Mémorama"
    Un magasin-cabinet de curiosité, où le public pourra découvrir un Centquatre caché, oublié, imaginaire.
    Une centaine d’objets seront exposés, comme des dispositifs à visiter le Centquatre.
     
  • Gala Vernhes-Chazeau : "Battements"
    Juste le temps d’un aller-retour.
    Une entrée dans un nouvel espace, une sensation fugace de traversée, puis un retour forcé.
    Frustration du temps, de l’idée que la sensation de la première expérience ne se retrouve pas.


Coordination pédagogique : Anne Attali et Brice Leboucq

Encadrement technique : Nicolas Bieganski et Jean-François Losson

À découvrir également