Inoah

06 > 10.11.2018

dans le cadre du Festival d'Automne à Paris

Développant un langage chorégraphique à la fois énergique et stylisé, sous l’influence du hip-hop en particulier, le Brésilien Bruno Beltrão prend le monde contemporain à bras-le-corps avec Inoah, nouvelle création habitée par la figure du migrant, ce damné de notre temps. Sur la scène, dix jeunes danseurs donnent forme à une constellation complexe et contrastée, sous haute tension, qui se déploie sans temps mort durant une heure et remue le spectateur en profondeur.

Tarifs

  • plein tarif 25 €
  • tarif réduit 20 €
  • tarif adhérent 104 15 €
  • tarif abonné 104 15 €
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Horaires

  • mar. 06 nove. 20h30
  • mer. 07 nove. 20h30
  • jeu. 08 nove. 20h30
  • ven. 09 nove. 20h30
  • sam. 10 nove. 20h30
en voir plus

Infos pratiques

Les 6, 7, 8, 9 et 10 novembre à 20h30
durée indicative : 50 mn

abonnement : spectacle de la liste
A+ "je suis curieux"

en voir plus

Abonnez-vous

  • priorité de réservation
  • tarifs les plus bas
  • pass 104 offert, invitations...
je m'abonne
Dans la presse

Le chorégraphe brésilien est certes un puissant rénovateur du hip hop, un déconstructeur surdoué […] mais ne nous y trompons pas : il ne soustrait rien de l'époustouflante virtuosité de ses interprètes. Sans crier gare on les voit réussir un salto roulé tête en arrière, et poursuivre leurs pas comme si de rien n'était.

Gérard Mayen, Danser canal historique

À propos

Figure majeure de la danse contemporaine, Bruno Beltrão développe depuis le début des années 2000 un langage chorégraphique à la fois énergique et stylisé en s’attachant à déconstruire les codes des danses urbaines, du hip-hop en particulier. Inoah prend pour titre le nom de la ville – proche de Rio de Janeiro, où se trouve le studio de sa compagnie, le Grupo de Rua. Résolument ancrée dans le monde d’aujourd’hui, la pièce tire son impulsion première d’une phrase extraite d’un livre des sociologues français Marie Poinsot et Serge Weber : « Le migrant est pionnier d'un monde ouvert ». À partir de la figure du migrant, ce damné de notre temps, Bruno Beltrão signe une composition chorégraphique complexe et contrastée, d’une intense expressivité. Dix danseurs, uniquement de jeunes hommes, occupent la scène, se déplacent en solo, en duo, en trio sans jamais vraiment faire groupe, chacun éprouvant sans cesse sa relation aux autres, de la communauté éphémère à la solitude foncière. Virtuoses, leurs mouvements laissent transparaître les flux ardents de sentiments qui les animent. Sculptée par la lumière vibrante de Renato Machado et scandée par la musique lancinante de Felipe Storino, une constellation sous haute tension se déploie ainsi durant une heure et remue le spectateur en profondeur.

Distribution

direction artistique : Bruno Beltrão
avec : Bruno Duarte, Cleidson De Almeida « Kley », Douglas Santos, Igor Martins, Joao Chataignier, Leandro Gomes, Leonardo Laureano, Alci Junior « Kpuê », Ronielson Araujo « Kapu », Sid Yon
création lumières : Renato Machado
costumes : Marcelo Sommer
musique : Felipe Storino

Artistes

Né en 1980 à Niteroi, dans la banlieue de Rio de Janeiro, Bruno Beltrão commence à pratiquer diverses danses urbaines (notamment le hip-hop) vers l’âge de 10 ans. En 1996, encore adolescent, il fonde avec son ami Rodrigo Bernardi la compagnie Grupo de Rua, qui remporte diverses compétitions et devient une référence dans la sphère des danses urbaines. À partir du début des années 2000, la compagnie élargit son champ d’investigation, en se rapprochant en particulier de la danse contemporaine. Suite au départ de Rodrigo Ernardi en 2001, Bruno Beltrão devient seul directeur et crée plusieurs spect...

Production, soutiens

Coproduction : Kampnagel (Hambourg) ; Tanzhaus NRW (Düsseldorf) ; HELLERAU – Europäisches Zentrum der Künste Dresden ; Mousonturm (Francfort) ; Wiener Festwochen (Vienne) ; Festival de Marseille - danse et arts multiples

Coréalisation
 : Le CENTQUATRE – PARIS ; Festival d’Automne à Paris

Avec le soutien de l’Adami et de l’Onda