BIOGRAPHIE

Quand ARM a débarqué dans le rap français, il y a presque quinze ans, son empire était réduit à une mixtape et quelques bouts d'errance magnifiés dans un "petit disque noir" intitulé Des Lumières sous la pluie. L'album, signé sous le nom de Psykick Lyrikah, lui avait valu un franc succès d'estime, mais aussi l'étiquette d'un rap d'intello. "Le groupe préféré des profs de français" comme le rappeur rennais en riait lui-même en interview. Une étiquette qui trouvait sa colle dans une plume singulière, qui flirtait parfois avec le spoken word lors d'escapades avec Olivier Mellano ou Dominique A. Certains avaient vu cela comme des actes manqués, comme si ARM n'était pas tout à fait un rappeur, comme s'il n'en avait pas la parure. Et puis il y a eu ce moment charnière, au début des années 2010, où la vie a demandé au MC de Psykick Lyrikah s'il voulait rester terré sous le grain de la pluie de néons et des sentiments qu'il rappait depuis 2004, ou bien s'il voulait "renaître dans la tempête." Occupé à briser les codes avec humilité et discrétion jusqu'alors, ARM a répondu à cette question en choisissant la seconde option. De celle-ci, son album Dernier empereur en est l'aboutissement.