BIOGRAPHIE

Dès le premier titre La Maison Tellier donne le ton de ce nouvel album : Cinq est le numéro parfait. Cinq musiciens à l’heure de leur cinquième album : « Chaque nouvel album est le plus important, mais celui-ci, c’est un disque où on s’est révélés, frottés à nous-mêmes. Le disque qui nous intéressait, pas celui qu’on pouvait attendre de nous. » confie Yannick, le chanteur-auteur de La Maison Tellier. Et le groupe n’y est pas allé par quatre chemins. « Sitôt le disque live (Beauté partout) achevé, il y a eu un frémissement, de nouvelles envies. Comme une sorte d’urgence, un besoin de s’y remettre là, maintenant, en se consacrant uniquement à nos chansons. » Alors Yannick s’est plongé en apnée dans les mots des futures chansons. Des mots comme autant de kerns sur ce nouveau chemin. L’album précédent glorifiait le combat pour la beauté. Celui-ci témoigne d’une quête. Une quête vers la joie. Comme certains sont en quête de la foi. Une quête semée d’embûches, de doutes et d’angoisses (J’ai rêvé d’avalanches, Haut, bas, fragile). De questions sans réponses (Où sont les hommes ?). Une quête où la musique et l’amitié tiennent lieu d’armes fatales (5 est le numéro parfait). Où l’amour (En toutes choses, Beautiful Again), les femmes (Amazone) et la fête (23h59) viennent aider nos 5 Chevaliers de la Table Ronde à s’approcher du Graal.