Je m’en vais mais l’État demeure

texte et mise en scène : Hugues Duchêne

06 > 08.12.2019

dans le cadre du Festival Impatience

La présidence de François Hollande résonne comme la fin du bipartisme à la française. C’est là que commence Je m’en vais mais l’État demeure, pour retracer quatre années d’une vie politique, judiciaire, parlementaire et médiatique tourmentées.

Tarifs

  • tarif adhérent 6 €
  • tarif réduit 6 €
  • tarif abonné 6 €
  • plein tarif 12 €
  • pass impatience
  • pass impatience pro
  • pass impatience réduit
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Horaires

  • ven. 06 déce. 19h
  • sam. 07 déce. 19h Complet
  • dim. 08 déce. 16h Complet
en voir plus

Infos pratiques

durée indicative : 1h40

en voir plus

Abonnez-vous

  • priorité de réservation
  • tarifs les plus bas
  • pass 104 offert, invitations...
je m'abonne
À propos

Implosion du Parti socialiste, élection d’Emmanuel Macron, mobilisations des Gilets jaunes, « affaires » encombrantes de Fillon à Benalla, hémorragie ministérielle... À se retourner sur ces dernières années, la vie politique française ressemblerait presque à une mauvaise tragédie, sacrément déstructurée. Dans l’effusion médiatique, difficile d’y voir clair. Humblement mais méticuleusement, Hugues Duchêne de la compagnie Le Royal Velours a suivi de près les circonvolutions qui secouent le pays en assistant aux meetings de campagne en France mais aussi aux États-Unis, aux procès « exemplaires » de l’antifasciste Antonin Bernanos à celui du terroriste Abdelkader Merah, au démantèlement de la « Jungle » de Calais, aux manifestations sur les Champs-Élysées... Une enquête teintée de ses errances intimes que le dramaturge restitue sur scène avec six autres comédiens sans autre accessoire que quelques images projetées en fond de scène et une promesse : adapter le texte à chaque représentation en fonction de l’actualité.

Distribution

écriture, conception et mise en scène : Hugues Duchêne
avec : Pénélope Avril / Juliette Damy, Vanessa Bile-Audouard, Théo Comby-Lemaître, Hugues Duchêne, Marianna Granci, Laurent Robert, Gabriel Tur / Robin Goupil
vidéo : Pierre Martin

régie : Scardo
costumes : Sophie Grosjean et Julie Camus
collaboration artistique : Gabriel Tur et Pierre Martin
assistanat à la mise en scène : Victor Guillemot

Production, soutiens

production, diffusion : Léa Serror / Léa Couqueberg
Production : Le Royal Velours
Coproduction : Le Phénix scène nationale Pôle européen de création dans le cadre du Campus partagé Amiens - Valenciennes, La Comédie de Béthune – Centre dramatique national, la Maison de la Culture d’Amiens et Les 3T - Scène conventionnée de Châtellerault.
Le Royal Velours est soutenu par le réseau Puissance Quatre. Résidence de création : La Loge / TU-Nantes / Théâtre Sorano / Théâtre Olympia - CDN de Tours
Avec l'aide de la Région Hauts-de-France et de la DRAC Hauts-de-France.
L'année parlementaire 18-19 est coproduite par Le Théâtre de Vanves - scène conventionnée.
La saison 19-20 est coproduite par La Rose des Vents à Villeneuve d’Ascq, l’Equinoxe de Châteauroux, le Théâtre au Fil de l’Eau à Pantin, le Théâtre de Thouars, Le Théâtre de la Renaissance à Oullins, La Mégisserie à Saint-Junien.
Avec le soutien du dispositif d’insertion de l’École du Nord soutenu par la Région Hauts-de-France et la DRAC Hauts de France, du Fonds d'Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, DRAC et Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, de La Loge.
Résidence de création au CENTQUATRE-PARIS, à la Péniche Opéra – POP, à Mains d’Oeuvres, à la Comédie-Française et au Grand Parquet, maison d’artistes du Théâtre Paris-Villette.