Hérétiques

03 > 05.04.2018

dans le cadre de SÉQUENCE DANSE PARIS

Usant d’une rigueur mathématique empreinte d’accents chamaniques, la danseuse/chorégraphe argentine Ayelen Parolin livre avec Hérétiques une pièce d’une grande intensité rythmique. Interprétée par deux danseurs au maximum de leurs capacités, psychiques et physiques, et tendue vers la transe, elle fait jaillir avec éclat la part d’humain qui subsiste – et résiste – dans le monde contemporain.

Complet

Tarifs

  • tarif plein 20 €
  • tarif réduit 15 €
  • tarif abonné 104 12 €
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Infos pratiques

durée : 40 mn

en voir plus
Dans la presse

Portés par un piano follement déstructuré, deux héros, pieds ancrés dans le sol, accomplissent leur mission.

Laurent Gazal, Happen.fr

À propos

Quel(s) mouvement(s) peut-on produire encore dans un monde qui s’automatise et se déshumanise de plus en plus ? Comment parvenir à maintenir du vivant dans une société inféodée à la tyrannie de la productivité ? Tels sont les questionnements majeurs que soulève Ayelen Parolin avec Hérétiques en adoptant une écriture mathématique rigoureuse aux accents chamaniques.

Structurée avec une extrême précision méthodique, la pièce se fonde sur la répétition, suivant une combinatoire particulière de 310 mouvements différents (avant tout des avant-bras et des mains), tous élaborés à partir du motif du triangle, symbole de force et d’équilibre. Tout au long de la représentation surviennent de subtiles variations dans les mouvements effectués par les deux danseurs, Marc Iglesias et Gilles Fumba. Sollicités au maximum de leurs capacités, psychiques et physiques, ils oscillent en crescendo entre canon et unisson. Pour Ayelen Parolin, il s’agit de les amener à (se) tendre « jusqu’à leurs limites, pour voir à cet endroit-là ce qui pourra advenir ».

Amplifiant et complexifiant la partition chorégraphique, une musique originale, vibrante et dissonante, retentit en écho. Elle est jouée sur scène au piano par sa compositrice, Lea Petra. D’une grande intensité rythmique, l’ensemble engendre une forme de rituel obsessionnel, en prise directe avec le monde contemporain – un rituel qui mène insensiblement vers la transe et fait jaillir avec éclat la force inaliénable de l’être humain.

Distribution

conception, chorégraphie : Ayelen Parolin
avec : Marc Iglesias et Noé Pellencin
composition musicale et interprétation : Lea Petra

dramaturgie : Olivier Hespel
création lumière : Colin Legras
régie lumière : Matthieu Vergez

Artistes

Née à Buenos Aires en 1976, Ayelen Parolin vit et travaille à Bruxelles depuis 2000. Après avoir étudié au conservatoire national et au théâtre San Martin, à Buenos Aires, elle a suivi le master e.x.e.r.c.e. à Montpellier. Elle a été interprète pour Mathilde Monnier, Anne Lopez et Riina Saastamoinen, entre autres.Engagée dans sa propre recherche chorégraphique depuis 2004, elle a déjà créé 10 pièces dont 25.06.76, son premier solo autobiographique évolutif (2004-2018), Nativos (2016), pièce visant à réactiver le matériel chorégraphique d’Hérétiques en le confrontant à la culture coréenne et

Production, soutiens

production : RUDA asbl Coproduction Charleroi Danses, Les Brigittines, Théâtre Marni / avec l’aide de la Fédération Wallonie – Bruxelles - Service de la Danse / avec le soutien de WBI, SACD, WBT/D Accueil Studio Kunstenwerkplaats Pianofabriek / résidence dans le cadre du projet Passerelles avec Les Brigittines (Bruxelles) et La Briqueterie (Vitry sur Scène) / Ayelen Parolin est en résidence de création pour 2016/2017 au Théâtre de Liège, est en résidence administrative au Théâtre les Tanneurs (Bruxelles) et est accompagnée par le Grand Studio (Bruxelles).
Charleroi danse s’engage à produire, présenter et accompagner les oeuvres d’Ayelen Parolin durant trois années, à partir de la saison 2017/18. Ayelen Parolin est accueillie en compagnonnage au Théâtre de Liège (2018-2022).