Rosas danst Rosas

10 > 13.10.2018

dans le cadre du Festival d’Automne à Paris

Anne Teresa De Keersmaeker revisite sa pièce emblématique, Rosas danst Rosas, avec quatre nouvelles interprètes. Œuvre majeure du répertoire contemporain, la pièce conjugue formes abstraites et trivialité avec une sensibilité et une frénésie rares.

Complet

Tarifs

  • plein tarif 28 €
  • tarif réduit 20 €
  • tarif abonné 104 15 €
  • tarif adhérent 104 15 €
  • tarif groupe + d'infos

billetterie : 01 53 35 50 00

en voir plus

Infos pratiques

durée indicative : 1h35

en voir plus

Abonnez-vous

  • priorité de réservation
  • tarifs les plus bas
  • pass 104 offert, invitations...
je m'abonne
Dans la presse

En 2017 Rosas danst Rosas n’a rien perdu de sa puissance visuelle, de son charme, de son mélange d’espièglerie et de violence contenue, de sa décharge d’adrénaline qui emporte le spectateur et les danseurs dans un tourbillon de mouvements répétitifs à couper le souffle.

Jean-Marie Wynants, Le Soir

À propos

En 1983, Anne Teresa De Keersmaeker atteint le succès international avec Rosas danst Rosas, pièce incontournable de la danse contemporaine et reprise aujourd’hui avec de nouvelles interprètes. La danse comme la musique, imaginée par Thierry de Mey et Peter Vermeersch, s’appuient sur des boucles répétitives et minimalistes. Quatre danseuses redéfinissent le mouvement en alternant délicatesse et fougue. D’une part des mouvements abstraits, difficiles à qualifier, de l’autre, des mouvements plus concrets, reconnaissables : la main qui lisse les cheveux, qui rectifie la tenue d’une blouse, la tête qui tourne brusquement… Des gestes du quotidien qui viennent ébrécher l’hermétisme illusoire de la représentation et à le pousser dans le sens d’une réalité plus factuelle. Anne Teresa De Keersmaeker ne cherche pas à cacher l’effort ni l’épuisement des corps. Au contraire, son oeuvre s’applique à briser l’illusion qu’une représentation de danse met en scène une réalité tout autre que la réalité (physique) quotidienne. Rosas danst Rosas témoigne de cette expressivité et cette humanité si spécifiques. Pour la première fois apparaissent les champs de tension qui marqueront la totalité des œuvres ultérieures d’Anne Teresa De Keersmaeker : notamment l’opposition entre les structurelles rationnelles (“pensées”) et les émotions signifiantes, la dialectique entre l’agressivité et la tendresse, ou l’interaction entre l’uniformité (de costumes ou de mouvements) et l’individualité.

Le spectacle Rosas dans Rosas s’inscrit dans le cadre du Portrait Anne Teresa De Keersmaeker. La Fondation d’entreprise Hermès est le mécène du Portrait Anne Teresa De Keersmaeker. 

Portrait Keersmaeker FAP Hermès

Distribution

chorégraphie : Anne Teresa De Keersmaeker
danseurs (en alternance) : Laura Bachman, Léa Dubois, Anika Edström Kawaji, Yuika Hashimoto, Laura Maria Poletti, Soa Ratsifandrihana
créé avec (1983) : Anne Teresa De Keersmaeker, Adriana Borriello, Michèle Anne De Mey, Fumiyo Ikeda

musique : Thierry De Mey, Peter Vermeersch
lumières : Remon Fromont
costumes : Rosas

Artistes

En 1980, après des études de danse à l’école Mudra de Bruxelles, puis à la Tisch School of the Arts de New York, Anne Teresa De Keersmaeker crée Asch, sa première chorégraphie. Deux ans plus tard, elle marque les esprits en présentant Fase, Four Movements to the Music of Steve Reich. En 1983, De Keersmaeker chorégraphie Rosas danst Rosas et établit à Bruxelles sa compagnie de danse Rosas. À partir de ces oeuvres fondatrices, Anne Teresa De Keersmaeker a continué d’explorer, avec exigence et de manière prolixe, les relations entre danse et musique. Sa pratique chorégraphique est basée sur les p...

Production, soutiens

Production (1983 ): Rosas & Kaaitheater (Bruxelles).
Coproduction : De Munt / La Monnaie (Bruxelles), Sadler’s Wells (Londres), Les Théâtres de la Ville de Luxembourg.
Coréalisation : Le CENTQUATRE-PARIS ; Festival d’Automne à Paris